Célébrer … cette nouvelle année 2016 et les 15 ans de Coheliance

2016 démarre alors que l’équipe de Coheliance vient de fêter les 15 ans d’existence de notre cabinet. Je me suis dit qu’il serait intéressant d’explorer le sens du verbe « célébrer ».

Célébrer (du latin celebrare) a pour sens : procéder à quelque chose d’exceptionnel, marquer de façon particulière un fait, fêter un événement, louer avec éclat, accomplir les rites ou les cérémonies associés à un événement religieux.

Un anniversaire est l’occasion d’honorer une personne, de la reconnaitre, de lui dire qu’elle est importante pour nous, qu’elle compte à nos yeux, que nous l’aimons. Suivant l’âge de la personne et les circonstances de la vie, il marque un passage, l’entrée dans une nouvelle étape de vie, honore la personne pour sa présence ou pour son parcours de vie.

Vous avez sûrement remarqué combien les anniversaires peuvent être vécus très différemment (joyeusement pour certains, douloureusement pour d’autres). Les représentations associées à certains anniversaires peuvent en effet être chargées de joie et de plaisir ou au contraire de crainte et de tristesse. J’ai pu faire le lien avec les processus de deuil : quand le deuil d’une situation n’est pas « bouclé » (au sens d’une gestalt non achevée), l’anniversaire peut réveiller de la souffrance encore présente. Au contraire, certains anniversaires sont l’occasion de grandes réjouissances car ils célèbrent la fin d’un temps difficile, une libération ou l’ouverture sur du bon et du beau.
Cette vision des choses peut éclairer le comportement de telle ou telle personne lors de célébrations : nous ne sommes pas égaux devant un événement qui stimulera des émotions différentes en fonction de l’histoire de chacun.

Pour une entreprise, un anniversaire est l’occasion d’honorer tous ceux qui ont contribué, qui contribuent et contribueront encore à « faire vivre » cette entreprise : clients, partenaires, collaborateurs. Le ou les dirigeants sont aussi honorés au vu de leur capacité à piloter un système qui apporte « sa contribution à la marche du monde » en s’insérant dans le tissu local, qu’il soit économique ou social, en favorisant le « vivre ensemble », en contribuant ce qu’on appelle « créer de la richesse », en favorisant l’emploi, en créant des services nouveaux, en réussissant des challenges….

De façon plus générale, l’anniversaire est un moment privilégié pour s’arrêter, faire le point, mesurer le chemin parcouru, raconter l’histoire, prendre conscience des ressources mobilisées, des galères traversées, des apprentissages réalisés…. C’est une occasion pour réaliser que nous ne sommes plus les mêmes qu’il y a 5, 10 ou 15 ans. Le sens de notre existence a évolué. Nous avons sûrement gardé nos valeurs fondatrices et en même temps, nous ne les faisons pas forcément vivre de la même façon. Nos besoins ont évolué et notre façon d’y répondre aussi.

L’anniversaire est aussi un temps pour se remercier, remercier, célébrer et fêter. C’est un temps pour la gratitude et pour la joie. C’est ce que l’équipe Coheliance a souhaité faire à sa mesure les 27 et 28 novembre derniers. Nous avons remercié celles et ceux qui ont contribué au succès de notre cabinet. Merci à chacun de nos clients fidèles. Vous nous avez fait confiance toutes ces années passées.

Un grand merci à Philippe RATINAUD (La Sauvegarde des Yvelynes) et à Bernard HERMAL (Thermo Est) pour être venus à Dijon témoigner de leur expérience. Avec humour, humilité et simplicité, ils ont évoqué les apports de Coheliance pour faciliter les changements mis en place dans leurs structures respectives.

Merci à Raphaël SOUCHIER d’avoir partagé avec nous de magnifiques expériences d’entreprises mettant l’humain au cœur d’une économie locale. Merci à Frédérique MONJOURNAL, Isabelle BOLTZ, Alexis CLAUDEL, Yves BACK et Olivier LAVAL, d’avoir animé les temps de partage dans la soirée. Frédérique, Isabelle, Yves et Olivier vont rejoindre l’équipe Coheliance en cette nouvelle année 2016. Merci à Christiane DELACRE et à Florence ROY, nos assistantes, d’avoir contribué à la réussite de cet événement.

Merci à Armelle HUDELOT, photographe bourguignonne de talent, d’avoir créé pour l’occasion ce magnifique diaporama :

L’analyste transactionnel que je suis va dire ceci : célébrer un anniversaire est une façon de nourrir des besoins fondamentaux : besoin de structure, besoin de signes de reconnaissance, besoin de stimulations. Ce peut être un temps pour revisiter notre scénario de vie, pour mesurer la façon dont nous le faisons évoluer. Ce peut être un temps de réparation d’anciennes blessures, de réconciliation avec soi et avec d’autres.

En parlant de scénario, je ne peux m’empêcher de constater combien il est difficile pour certaines personnes de célébrer. Je me souviens du dirigeant d’une SII spécialisée dans les projets informatiques. Il se plaignait du peu d’implication de ses collaborateurs et du fort turnover dans sa structure. Il ne savait absolument pas remercier ni féliciter ses collaborateurs. Claude STEINER évoque un type de scénario qu’il a appelé « sans joie ». Ajoutez à cela le driver « sois parfait » (modèle du psychologue américain Taibi KAHLER) qui freine l’expression de la reconnaissance et par conséquent celle de la joie. Célébrer, remercier, féliciter, se remercier…. tout cela est impossible avec un tel scénario. Car faire bien est considéré comme « normal » et ne mérite aucun signe de reconnaissance : Je ne vais quand même par les féliciter, ils n’ont fait que leur travail. D’ailleurs, je les paie pour cela ! J’ai entendu plusieurs dirigeants dire : si je leur dis que c’est bien, ils vont se reposer sur leurs lauriers. Ce message nourrit chez ceux qui le portent un très haut niveau d’exigence, envers eux et envers les autres. Une insatisfaction récurrente peut ronger certains et conduire à l’épuisement professionnel. Il y a un « antidote » que je préconise régulièrement : fixer (pour soi et pour les autres) des critères de succès avant de commencer une action, mesurer le résultat à l’un des critères fixés, célébrer la réussite, féliciter, remercier, se réjouir en organisant de petits rituels simples (faire un pot, offrir un repas, célébrer de façon particulière). Le dirigeant dont j’ai parlé tout à l’heure a appris à faire cela avec son équipe à chaque fin de projet important : il a vu la motivation de ses équipes remonter et le turnover diminuer.

Je termine par ce qui commence maintenant : 2016.
Et je me suis dit : que va-t-on célébrer après une année 2015 marquée de tant de conflits, tensions et violence ? Le monde connait tout cela depuis tellement d’années et il faut que ce soit en nos portes pour que certains en prennent la pleine mesure.
J’ai envie de rappeler le sens de plusieurs de mes articles sur le pouvoir de l’intention : nous créons ce que nous redoutons. C’est une réalité individuelle et collective. Il y a ce qui dépend et dépendra de nous seul et ce qui dépend et dépendra du collectif. Alors, je souhaite à chacune et à chacun une belle année 2016. Elle sera pour chacun de nous ce que nous décidons qu’elle soit. Et je vous souhaite d’en faire le meilleur.

TOUS MES VŒUX DE PAIX, DE JOIE, DE DOUCEUR POUR VOUS, VOS PROCHES, LE MONDE.
BONNE ANNEE 2016 !!