Le VendéeGlobe et l’entreprise

J’écris cet article alors que je viens de lire la chronique d’Eric Bellion, skippeur de COMMEUNSEULHOMME dans le VendéeGlobe 2016-2017. Il l’intitule « Reconnaître ses fragilités c’est devenir adulte », chronique que je vous recommande vivement.
Avec beaucoup de justesse il explique comment la conscience de la fragilité de son corps, de la fragilité de son bateau, de ses instruments, de son propre comportement lui permettent de prendre les bonnes décisions, de ne pas se fatiguer inutilement en tentant de rattraper tel concurrent, en tentant d’aller vite.

Combien d’entreprises ont comme principal objectif d’aller vite, de pousser au maximum l’instrument, de devenir numéro 1 du secteur ?
Combien de consultants se donnent comme objectif d’enchaîner au maximum les missions, d’être reconnu(e) comme le meilleur, celui que tout le monde recommande ?

Et parfois l’instrument casse, ou plutôt, comme l’indique Éric Bellion « tous les jours quelque chose casse à bord et mon rôle est de préserver ce voilier ».

Cela me parle dans mon quotidien de travail, quand j’accompagne un dirigeant ou une équipe.
Cela me parle également dans mon quotidien en tant que coach.

Dans mon quotidien de travail j’accompagne des équipes et des personnes. Pierre, dirigeant un nouveau service transversal de 120 salariés, me confiait : « je suis vidé, sans énergie ; tout le monde salue la réussite exceptionnelle du service et moi je m’épuise dans le grand écart entre les dossiers stratégiques et éteindre le feu dans le service à tout moment ».

Tout l’accompagnement a consisté pour Pierre à mesurer ce qui pouvait le « fatiguer inutilement », là où l’énergie était fluide et là où elle était « épuisante ». L’épuisant pour Pierre c’était de tout faire pour être parfait, qu’on ne puisse pas lui faire de reproche, y compris là où il ne « savait pas faire », où il n’était pas compétent. Sa prise de conscience de sa « fragilité » (pour faire le lien avec la chronique d’Eric Bellion) sur tel ou tel aspect de son travail lui a permis de décider, en fin de coaching, de mettre en place des changements dans son quotidien afin de mettre l’énergie au bon endroit.
Et cette prise de conscience s’est accompagnée d’une deuxième prise de conscience : « si je ne le fais pas, non seulement je ne prends pas s

Et le lien que je fais dans mon quotidien de coach, c’est le rythme intense dans lequel nous nous sommes embarqués moi et mes associés, au risque de moins d’attention, de moins de liens entre nous, de petites casses qui ne semblaient finalement pas si importantes. Et pourtant ! Heureusement, c’est lors d’un séminaire d’été que nous avons mis de la conscience sur cette « fragilité ». Accompagner les entreprises à mettre l’énergie au bon endroit, c’est régulièrement s’interroger sur nos propres pratiques. En quoi mon rythme, mes choix, notre stratégie correspondent bien à notre vision du métier, de la disponibilité nécessaire à l’accompagnement, à l’épanouissement de chacun.
En redéfinissant notre vision de notre métier, nous avons fait des choix, des choix respectueux des énergies disponibles, des énergies bien ciblées et bien sûr de nos choix stratégiques d’entreprise.
Cette redéfinition nous a permis, depuis, à chacun de mettre l’énergie au bon endroit.

Je nous invite à nous interroger :

  • Aujourd’hui, comment je décris mon voilier (je peux choisir un de mes voiliers : mon service dans mon entreprise, mon activité, ma famille, …)
    En quoi ce voilier est-il précieux pour moi ?
  • Pourquoi me suis-je embarqué sur ce voilier ?
  • Sur quelle route ai-je envie de le mener, quel chemin ? A quelle vitesse et en vue de quoi ?
  • Ce voilier navigue dans un environnement parfois calme, parfois agité voire houleux et je ressens tantôt de la force, tantôt de la fragilité.
    Qu’est-ce que la force crée chez moi ? Qu’est-ce que la fragilité me fait vivre ?
  • Ai-je des instruments qui cassent à bord ?
  • Qu’est-ce que je mets en place pour préserver mon voilier ? Pour mettre l’énergie au bon endroit ?

Olivier Laval Coach PCC
Codirigeant de Coheliance