Le développement de soi comme art de vivre

Ça y est : pour la plupart d’entre nous, les vacances sont derrière nous. Retour au travail avec un rythme souvent soutenu… Cette perspective peut parfois apparaître « angoissante » au regard de l’état de fatigue ressenti avant la pause estivale.

« Je suis arrivé en vacances claqué(e) ! »,
« Il m’a fallu plusieurs jours – voire semaines- avant de profiter de mes congés. »,
« A peine la pression lâchée, je me suis coincé le dos ! »

et bien d’autres encore…

Les vacances n’ont pas été une respiration mais plutôt une récupération.

Respiration

Récupération

Comment ne pas retomber dans les mêmes schémas, dans les mêmes pièges ?

Comment, au-delà des bonnes résolutions de rentrée, sans lendemain, choisir de faire autrement, concrètement ?

Le secret se base sur une recette alliant « plaisir » nécessaire à trouver l’énergie de se mettre en mouvement et « efficacité » permettant de célébrer rapidement des succès au quotidien.
Le secret se tient aussi dans le fait que le chemin porte en lui le résultat…

Le chemin porte en lui le résultat

Ce chemin consiste à faire du développement de soi un art de vivre.
Ici, pas de figure de style, de poésie vaporeuse ou de baguette magique.
Bien au contraire : une discipline qui s’ancre dans l’action, qui s’ancre dans l’agenda de votre semaine.

Jacques Moreau, enseignant et superviseur en Analyse Transactionnelle dans le champ des organisations (TSTA-O) définit 7 axes de développement de soi.

  • Le corps : de l’exercice pour plus de souplesse et de forces, de bons aliments au bon moment…
  • Le cognitif : des lectures, de l’écriture, des discussions, des ateliers de formation… pour apprendre, comprendre, briller (sans sortir son Smartphone…)
  • Les relations interpersonnelles : aider les autres, en s’appuyant par exemple sur la CNV (Communication Non Violente) pour dépasser l’ego et grandir dans l’altérité (l’alter ego)
  • La Morale : dans sa dimension d’éthique, en prenant sa part de responsabilité dans les conséquences des actions individuelles et collectives, pour le développement d’une conscience politique (le « vivre ensemble »)
  • L’émotionnel : de l’alphabétisation émotionnelle pour comprendre les besoins présents derrières nos émotions, du partage, de la méditation, …
  • Le psychologique : faire un travail sur soi, suivre un coaching pour développer son état de conscience, élargir son cadre de référence… tel un moteur de développement puissant propre à nous les humains
  • Le spirituel : trouver son propre souffle, mettre du sens à sa vie et vivre dans la voie de l’amour

Et si je décidais d’empoigner ces 7 axes… Peut-être pas les 7 tous les jours au risque de me décourager. Mais pas non plus un seul chaque mois au risque de laisser tomber, de me confirmer que « non, décidément, tout ça n’est pas pour moi » et de (re-)partir dans un processus de dévalorisation.

Et si j’expérimentais à l’échelle de la semaine ? Chiche ?
« Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le ! L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. » écrivait Goethe.

Retrouvons-nous la semaine prochaine pour mesurer ensemble le chemin parcouru !

Jean-Pierre Fiasson
Coach Professionnel
Codirigeant de Coheliance