Parler pour choisir la vie


Régulièrement, nous vous proposons de partir d’un extrait d’un livre et d’établir des liens
avec le monde des entreprises, associations, collectivités.

En ce mois d’octobre, nous avons choisi un extrait du livre « article 353 du code pénal » de Tanguy Viel.

« Maintenant je demande : est-ce que le silence, c’est comme l’obscurité ? Un trop bon climat pour les champignons et les mauvaises pensées ? Maintenant c’est sûr que je dirais volontiers ça, que les vraies plantes et les fleurs, elles s’épanouissent en plein jour, et qu’il faut parler, oui il faut parler et faire de la lumière partout ».

Si cet extrait concerne la parole entre un père et un fils, je propose ici de faire un lien avec le monde de l’entreprise.

Le mois dernier, un n+1 explique à son directeur de service que tous ses collègues sont venus le voir pour se plaindre de son assurance, de son trop plein de projets, de sa façon de s’adresser aux gens. Ce directeur accuse le coup, pose des questions et la conversation se finit en décidant d’évoquer ce point lors de la prochaine réunion d’équipe : le directeur a envie de comprendre et souhaite leur dire : « Expliquez-moi ! ».

Mais lors de la réunion d’équipe suivante, le n+1 revient peu avant et lui dit « Tu sais, j’ai réfléchi ; je pense que cela n’est pas opportun d’en parler ; plus personne n’est venu me voir pour m’en reparler ».

Et l’affaire est enterrée.

Enterrée ?

« Un très bon climat pour les champignons » ; voici un terrain fertile pour toutes les pensées négatives, autant pour le manager qui ne va pas savoir comment se comporter, que pour l’équipe qui va estimer que rien n’est fait pour régler leur problème.

Alors si vous voulez dans votre équipe être entourés « de vraies plantes et de fleurs », faites en sorte que les choses soient dites, avec cependant quelques précautions préalables.

  • Si des personnes sont venues à vous pour parler d’un tiers, incitez-les à parler directement au tiers, ou organisez ce dialogue direct
  • Incitez chacun à parler en « je »

Olivier LAVAL
Coach, Codirigeant de Coheliance

Il ne vous aura pas échappé que nous sommes tous « câblés » différemment !

La période actuelle le confirme : nous avons chacun notre façon de faire face à cette crise sanitaire. Est-ce que j’ai plutôt tendance à :

– structurer mon temps de manière efficace, me fixer des objectifs quotidiens

– passer du temps avec mes enfants/conjoint(e), prendre des nouvelles de mes proches

– prendre du recul pour (re)donner du sens à ce que je fais, m’engager dans des action solidaires

– multiplier les apéros-skype, trouver du fun

– être à 200% dans l’action, me fixer de nouveaux challenges

– partir en introspection, explorer le champs des possibles?

Mieux comprendre mes comportements pour avoir une meilleure gestion de moi est un élément clé pour aborder cette période qu’il nous est donné de vivre. Cela permet également d’avoir une meilleure connaissance des autres et donc de mieux m’adapter aux besoins de chacun, par exemple lorsque je dois manager une équipe à distance !

2 approches pour vous accompagner :

– Process Communication avec Clément Jacquier

– HBDI avec Olivier LAVAL

Compte-tenu du contexte nous vous proposons -25% sur nos tarifs habituels comprenant votre profil individuel + débriefing. Contactez-nous si vous êtes intéressés et surtout restez chez vous et prenez soin de vous !

Un discours présidentiel, un horaire (ce mardi midi) et nous voilà plongés dans une situation que nous ne connaissons pas…
Comment allons-nous la vivre et inventer un vivre ensemble à distance? 🤨

A ce stade « H zéro de l’incertitude », nous vous proposons deux pistes:

1/ Face à l’incertitude et une décision sur laquelle nous n’avons pas prise, nous sommes dans l’émotion: certains l’accueillent, entendent ce qu’elle a à leur dire et d’autres « font plein de choses » pour ne pas ressentir ce qui se passe en eux.
Un des moyens de ne pas se sentir envahi par l’émotion est de prendre le temps de l’accueillir et de l’observer : de l’accepter comme normale et lui donner une juste place… pas plus ! C’est un enjeu important pour pouvoir ensuite faire des choix (pour nous, pour l’entreprise) qui soient ajustés.

2/ Face à l’incertitude fixons-nous des points de repère à courts termes. Inutile de se projeter sur des objectifs d’ici fin 2020 : voyons plutôt ce qui va se passer d’ici vendredi 20 mars puis … d’ici vendredi 27 mars.
La fameuse maxime « à chaque jour suffit sa peine » est là pour nous rappeler la nécessité de construire une protection pour maintenant et de rassurer nos collaborateurs et nous-mêmes sur une échéance qu’on va maîtriser : le court terme 🎯

A vous de jouer !

« Changez de leader, et le groupe change, à n’importe quel niveau d’une organisation. Plutôt que de changer 🅳🅴 leader, serait-il possible de changer 🅻🅴 leader, c’est-à-dire de l’aider à se transformer ? » Dominique Vincent

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà misé sur l’accompagnement et la transformation d’un collaborateur plutôt que de simplement procéder à un changement de ce dernier ?

#transformation #accompagnement