Ombre ou lumière, quel choix ferons-nous ?

Le 12 novembre dernier, j’avais l’honneur d’animer une conférence dans le cadre d’un TEDx sur le thème des Lumières organisé à SACLAY (voir TEDxSaclay). J’avais choisi le thème suivant : L’entreprise peut-elle être un lieu lumineux ?
Le lendemain, l’ombre s’abattait sur Paris, la « Ville Lumière ». Quelle ironie ! Quand je rédige ce texte, les familles enterrent leurs morts et prennent soin de leurs proches blessés. La COP21 se prépare dans un climat de grande tension. Les Restos du cœur vont reprendre du service….
La géopolitique m’intéresse car la complexité fait partie de mes centres d’intérêt. Mais je ne me sens pas expert en ce domaine. Par contre, je me sens citoyen du monde, frère de toutes ces âmes. Et je suis triste de notre monde, autant que démuni devant la puissance des forces en présence.

Alors, parler de la lumière dans les entreprises pourrait sembler quelque peu dérisoire. De ce fait, je me suis demandé si publier le texte de cette conférence avait encore du sens. Mais j’ai décidé de le faire. Oui, car le processus que je décris concernant les entreprises est le même pour le monde. Je vous laisse faire les ponts entre les deux.

Quand je parle de lumière dans les entreprises, il n’est pas question de religion ou d’ésotérisme. Non, je parle de l’entreprise comme d’un espace social dans lequel nous passons une bonne partie de notre vie et qui peut permettre à chacun de grandir, de se déployer professionnellement, de monter sa lumière, de briller. Ce peut aussi être un espace sombre, où « le côté obscur de la force » peut émerger à tout moment. En réalité, l’entreprise donne l’occasion à chacun, jour après jour, de montrer le meilleur de lui comme le pire qui soit.

Il y a ici un point de bascule qui met en évidence le choix que nous avons à faire à chaque instant : choisir de regarder l’ombre ou la lumière, le meilleur comme le pire. Vous allez peut-être dire : mais le pire existe ! Et je ne vois que cela dans mon entreprise : manipulation, coups tordus, jeux de pouvoir, conflits d’égo, des intérêts particuliers qui priment sur les intérêts collectifs, pouvoir de l’argent….

Je vous propose de prendre un peu de hauteur avant de revenir sur ces zones d’ombre. Je vais oser parler un peu de moi. Pendant de longues années, je me considérais comme quelqu’un de timide, réservé. Aller vers les autres était difficile pour moi. Depuis cette position plutôt observatrice, j’ai développé la capacité de voir ce qu’il y a de brillant et lumineux chez les autres. Leur potentiel. Je me comparais, à mon détriment bien sûr. Je voyais ce qu’il y avait de brillant chez l’autre et je ne voyais que mes défauts et mes travers. Je me suis fait beaucoup de mal avec cela. Cela m’a amené à faire un important travail personnel pour réparer en moi ce qui devait l’être pour que je puisse aussi voir ma propre lumière autant que je voyais celle des autres. Identifier la lumière est devenu une quête chez moi et j’ai fini par en faire mon métier. Depuis bientôt 25 ans, j’accompagne les personnes à trouver et à faire briller leur lumière. J’accompagne aussi les dirigeants et leurs équipes à faire briller leur entreprise, à réussir les changements nécessaires au développement commun. Et je peux attester qu’il y a besoin de savoir repérer toutes les lumières disponibles dans l’entreprise pour réussir du changement !

Ce qui naturellement nous ramène à parler d’ombre et de lumière dans l’entreprise. Je vois des êtres qui s’épanouissent, réussissent, deviennent brillants. Et je vois aussi des personnes (des dirigeants comme des salariés) qui pètent les plombs, brûlent leurs ailes (le burn-out dont on parle de plus en plus), s’éteignent. Je suis intervenu pour traiter plusieurs cas de suicide sur le lieu de travail.

Je vous pose la question : croyez-vous avoir cette lumière de vie en vous ? Si oui, qu’en faites-vous ? Comment la nourrissez-vous ?

Je vous propose de faire l’exercice suivant : installez-vous confortablement sur une chaise ou un fauteuil, fermez les yeux et centrez-vous sur votre souffle. Prenez le temps de vous détendre et portez votre attention sur votre lumière intérieure. Laissez-vous savoir où se situe ce centre. Posez votre main à cet endroit et progressivement, augmentez l’intensité de cette lumière en vous, jusqu’à ce qu’elle illumine l’intégralité de votre corps. Vous pouvez répéter régulièrement cet exercice pour votre plus grand bien.

Goethe, poète allemand a dit cette phrase magnifique : « Si vous traitez un individu comme il est, alors il restera ce qu’il est… Si vous le traitez comme s’il était ce qu’il doit être ou peut devenir, alors il deviendra ce qu’il doit ou peut être ».

Selon les scientifiques, la lumière a des caractéristiques étonnantes :

  • Elle véhicule l’information, elle est énergie.
  • Elle influence la matière (en la chauffant par exemple comme le soleil ou un laser qui peut découper).
  • Elle a un comportement qu’on appelle dualité : suivant qu’on la regarde, elle est soit ondulatoire, soit corpusculaire.
  • Une baisse importante de température la fait passer des lois de la physique mécanique à celles de la physique quantique.

C’est une merveilleuse métaphore de nos comportements. Voici comment :
Notre façon de regarder le monde véhicule de l’information qui influence le monde : notre rapport aux autres est déterminant. Je peux voir le meilleur comme je peux voir le pire et j’aurai en retour soit le meilleur, soit le pire. Je peux installer la défiance ou la confiance. Je peux générer de la fermeture ou de l’ouverture du cœur. Alors, concrètement, que fait-on de cela ?

Je vous propose un exemple d’intervention réalisé par notre cabinet : imaginez une entreprise industrielle familiale. Ses produits ont une notoriété internationale. Elle est revendue par son fondateur au moment de sa retraite à un groupe concurrent. Le nouveau directeur général est brillant. Et pourtant, au bout d’un an, des commerciaux partent, la production ne respecte pas les délais de livraison, la défiance s’est installée entre l’encadrement et les salariés. Un des membres du CODIR est en dépression. Le dirigeant a conscience qu’il faut intervenir mais il ne sait pas encore comment. Il voit comment la lumière de cette entreprise est en train de s’éteindre.

Comment intervenir ? Le temps sera une composante du succès. Nous agissons par petites touches.
Voici quelques-unes des lumières qui ont été rallumées : le CODIR qui n’avait plus de substance est dissout. Une équipe projet est nommée. Elle va retrouver l’envie de rêver, construire un projet d’entreprise qui va nourrir les projets de service portés par des responsables de projet (et pas par des « cadres »), apprendre à regarder le monde à travers le regard des autres, oser montrer sa richesse aux autres et découvrir l’infinie richesse des autres. Cela ouvre l’envie d’aller vers l’autre, de laisser tomber les masques sociaux pour se montrer dans son authenticité…. Tout cela parle de l’ouverture du cœur qui permet d’accéder à l’intelligence collective.

Vous connaissez l’effet papillon…. Dès lors que l’équipe projet a trouvé son espace de communication, comme par magie, la communication est renouée de façon naturelle dans l’ensemble des équipes. Combien de temps a-t-il fallu ? Environ un an et demi. Cela a-t-il été facile ? Non, et il y a encore du travail pour pérenniser tout cela, mais l’entreprise est transformée durablement.
Ce qui change dès le départ, ce n’est pas la situation, c’est le regard que chacun porte sur cette situation, sur soi, sur l’autre. Imaginons que je sois acteur de cette entreprise. Je ne me vois plus comme le méchant ou la victime. Je cesse de regarder ce qui ne va pas chez l’autre. Je vois un projet commun à réussir et non les problèmes actuels. Je quitte un état défensif fondé sur la peur et je mets mes ressources au service du projet commun. Je retrouve une énergie libre, disponible. Je redeviens acteur de ma vie. Il me devient possible de voir l’autre, d’aller vers lui, de l’écouter, de partager, de coopérer, de faire ensemble. Quand je suis dans cette lumière, les informations que je véhicule vont tisser une nouvelle toile de réalité.

J’ai développé une conviction au fil de ces années de pratique professionnelle : chacun d’entre nous dispose d’une lumière qui ne demande qu’à briller. Nous sommes des champions dans l’art d’éteindre notre lumière et parfois d’éteindre celle des autres. Mais nous pouvons aussi faire briller notre propre lumière et contribuer à ce que celle des autres brillent aussi. J’ai constaté que les équipes dirigeantes jouent un rôle clé dans ce processus et que tout changement de cet ordre passe par l’implication du ou des leaders. Ce mouvement ouvre la voie à de nouvelles formes de gouvernances, qu’on les appelle changement émergent (voir les travaux de Madeleine LAUGERI), sociocratie, holacratie, entreprise libérée (voir les travaux de Frédérique LALOUX)….

Ma conclusion ? Avec mon équipe, nous croyons que le succès d’une entreprise ne peut passer qu’en remettant le cœur au cœur de l’entreprise. C’est la « voie de la lumière ».

Et vous, quel sera votre choix ? Ombre ou lumière ?